Les mots en plus (4)

Zoom sur une ribambelle de mots français que l’on ne rencontre pas à tous les coins de rue.

Vous avez étudié le français en tant que langue étrangère ? Vous travaillez dans un métier de la langue ? Vous aimez tout simplement la langue française ? Voilà une série qui va sûrement vous intéresser.

Bon, tout le monde sait ce qu’est une niche. Mon adorable Filou, qui est malheureusement allé rejoindre ses copines et copains au paradis des animaux, en avait une dans laquelle il empilait ses peluches une à une pour les récupérer peu de temps après et les rapatrier dans mon bureau.
D’une manière générale, une niche est un emplacement creux dans lequel on peut loger un objet. Mais savez-vous ce qu’est une niche parlementaire ? C’est « une séance réservée aux groupes parlementaires d’opposition ou groupes minoritaires. Une fois par mois, l’opposition dispose d’une séance pour proposer un texte de loi, une résolution ou un débat », explique le site LCP. Pour un exemple d’application de ce terme, voir cet article dans LE MONDE.

TUI, Neckermann – pour les Allemands – ou le malheureux Thomas Cook sont des voyagistes. Connaissiez-vous ce mot, vous qui n’êtes pas de langue maternelle française ?

Et puisque nous parlons actuellement tellement de sujets touchant au climat, connaissez-vous, vous qui ne vivez pas en France, les logements étiquetés « F » et « G », c’est-à-dire qui consomment plus de 350 kilowattheures (kWh) par mètre carré et par an, les fameuses « passoires thermiques » ?

Dites-moi … quel est le marronnier estival que vous retiendrez pour 2019 ? Comment ? Vous ne savez pas de quoi je parle ? Les Allemands appellent cela « Sommerloch(thema) », le « sujet trou d’été », sachant que dans le jargon journalistique, un marronnier est un article que l’on publie plus ou moins systématiquement à certaines dates ou pendant une certaine période, par exemple le traditionnel article sur les crêpes à l’occasion de la Chandeleur le 2 février … et ce chaque année.

Et pour finir, encore un mot que j’ai hérité de mon grand-père Henri : margouillis, synonyme de situation fâcheuse, embarrassante. Lorsque je passais mes vacances chez Pépé Henri à Villechaud et que nous allions en forêt pour cueillir des fougères, il me racontait plein d’histoires, par exemple qu’Untel l’avait « mis dans un de ces margouillis ».

Et puis non, encore un, tiens … Ne trouvez-vous pas que l’on risque de plus en plus souvent de tomber sur des aigrefins ? C’est là aussi un mot qu’utilisait mon grand-père pour qualifier un homme malhonnête, un voyou, un escroc.

Bon, voilà pour aujourd’hui. À bientôt dans la série « Les mots en plus ».

Schreiben Sie einen Kommentar

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahren Sie mehr darüber, wie Ihre Kommentardaten verarbeitet werden .